Finance islamique : des Sukuk souverains libellés en or en Turquie

La Turquie vient de lever 96 millions de dollars US par le biais de l’émission d’un certificat d’investissement islamique (Sukuk) basé sur l’or.

Sur les huit émissions qui ont été réalisées jusqu’à présent, le produit de cette dernière émission a été le plus élevé à être constaté depuis janvier, et le second depuis que le gouvernement du Président Recep Erdogan a introduit ce nouvel instrument de financement en 2017.

Le gouvernement turc a ainsi collecté grâce à ces certificats 599,7 millions de dollars d’or dont 273,94 millions de dollars cette année. Ces certificats ont été conçus comme des instruments destinés à attirer les investisseurs institutionnels islamiques et à encourager l’épargne des ménages tout en mobilisant la présence du métal précieux dans l’économie turque. Les autorités évaluent la quantité d’or dormant en Turquie à 2 200 tonnes d’or soit une valeur marchande d’environ 300 milliards de livres turques.

Le vice-Premier ministre Mehmet Şimşek a déclaré : « Avec les Sukuk libellés en or émis en échange de l’or à percevoir auprès des investisseurs, un rendement est versé à l’investisseur lequel est indexé sur le prix de l’or« , soulignant que les citoyens bénéficieront de la variation des prix de l’or et recevront le rendement offert par le Trésor. L’or collecté est transformé en lingots d’or, alors que les certificats libellés en or sont transférés sur les comptes bancaires de leurs détenteurs.

Ces instruments permettent aux investisseurs d’obtenir des certificats basés sur le métal précieux et sont les premiers de ce type à avoir été utilisés par un Etat. Jusqu’ici, huit émissions ont été menées, et chaque papier offre un taux de profit semestriel de 1,2% pour une maturité de 728 jours. Une fois les certificats arrivés à échéance, l’or sous-jacent ainsi que les profits sont restitués aux investisseurs sous la forme de lingots d’un kilogramme ou de pièces d’or frappées par la Direction générale de la Monnaie Turque.

Le vice-Premier ministre, Mehmet Simsek, a affirmé que l’introduction de ces nouveaux instruments est sans rapport avec les besoins de financement du gouvernement, mais qu’il s’agit d’une mesure supplémentaire pour cultiver la culture de l’investissement et de l’épargne parmi les citoyens turcs et stimuler ainsi l’économie. Le vice-Premier ministre a également déclaré qu’ »avec la mise en place de ces émissions, notre système financier va continuer à se développer et nos citoyens vont obtenir des revenus supplémentaires à partir de l’or inutilisé qu’ils stockent sous leur matelas, et l’économie prendra de l’ampleur ».

Ces émissions souveraines adossées au métal précieux sont également censées réduire la dépendance du système bancaire turc vis-à-vis de l’étranger dans le but de mobiliser les ressources internes immédiatement disponibles plutôt que d’avoir recours aux marchés internationaux pour se financer.

Ces instruments témoignent de l’audace et de l’engagement de la Turquie à collecter des fonds par le biais de structures conformes à la Charia dans le cadre d’un programme national visant à renforcer la finance islamique en tant que source de financement alternative.

Le gouvernement a tablé d’ici 2023 sur 15% de parts de marché pour les banques islamiques qui n’en détiennent actuellement que 5% environ.

Diffuser l’information :

Le leader mondial des fonds indiciels basés sur l’or certifié Charia compatible

L’agence de presse Reuters rapporte que SPDR Gold Trust vient de déclarer mercredi qu’il était certifié conforme aux principes de la finance islamique. Cette déclaration doit permettre de stimuler la demande de lingots auprès des investisseurs musulmans.

SPDR est un fonds indiciel côté en bourse, première réserve mondiale d’or privée détenant 836,7 tonnes de lingots d’une valeur de 33 milliards de dollars. Les fonds indiciels cotés ont pour caractéristique de reproduire les variations d’un indice d’actions, d’obligations ou encore de matières premières, ce qui est le cas du fonds SPDR Gold Trust qui reproduit la variation du cours de l’or.

Au 1er Janvier 2016, les banques centrales détenaient environ 20 % des réserves d’or mondiales soit exactement 32 702 tonnes d’après leurs déclarations. World Gold Trust Services, filiale du World Gold Council (WGC) qui est l’organisation chargée du développement du marché de l’industrie aurifère, a indique dans un communiqué à Reuters que le fonds avait reçu la certification de la société malaisienne Amanie Advisors, un cabinet de conseil Charia spécialisé en finance islamique. Ce fonds est donc maintenant conforme au dernier standard aurifère de l’Organisation de Comptabilité et d’Audit des Institutions Financières Islamiques (AAOIFI) récemment adopté.

Selon un rapport du WGC, l’année dernière, la demande d’investissement pour l’or a augmenté de 70 % et les fonds indiciels côtés basés sur l’or ont connu une augmentation de 532 tonnes, la deuxième meilleure année jamais enregistrée après l’augmentation de 646 tonnes en 2009.

Cependant, toujours selon le même rapport, la demande de lingots d’or et de pièces a chuté au Moyen-Orient de 71 %, en 2016, et celle des bijoux de 15,6 %. Les analystes estiment que les acheteurs du Moyen-Orient ont fait des transactions en or bien avant que le dernier standard aurifère de l’AAOIFI ne soit publié. Par conséquent, ils estiment que cette annonce ne devrait pas avoir de conséquence rapidement observable au niveau de la demande mondiale.

Néanmoins, cela facilitera aux institutions financières islamiques l’accès à l’actif refuge en cas de mouvements brusques sur les marchés.

Diffuser l’information :

Lire notre article sur l’intégration de l’or comme actif négociable dans la finance Islamique

La finance islamique intègre l’or comme actif négociable

Le nouveau standard de l’or offre une nouvelle classe d’actif aux institutions financières islamiques. Plusieurs plateformes et des fintechs vont proposer des solutions aurifères conformes à la Charia.

Grâce à l’adoption par l’Organisation pour la Comptabilité et l’audit des Institutions Financières Islamiques basée au Bahreïn (AAOIFI) et le Conseil Mondial de l’Or (WGC) d’un nouveau standard, l’or a été admis dans la liste des actifs négociables autorisés des institutions financières islamiques. Ces dernières auront désormais la possibilité d’utiliser l’or comme garantie négociable d’un produit financier islamique, à condition entre autres que les quantités d’or adossées au produit financier soient effectives.

Des plates-formes internationales, y compris des fintechs, ont officiellement annoncé leur intention de lancer des solutions aurifères conformes à la Charia.

HelloGold, première plateforme en or certifiée

En Malaisie, la nouvelle fintech basée à Kuala Lumpur, HelloGold, qui était la première plateforme en or en ligne à être certifiée conforme au droit musulman, a confirmé qu’elle allait étendre ses activités au-delà de la Malaisie pour inclure d’autres marchés d’Asie au second semestre 2017.

« Pour beaucoup en Asie, l’or est un investissement refuge particulièrement bon contre le risque de change et les chocs de marché. Au cours des 12 derniers mois, l’or a augmenté de 17% contre le ringgit malaisien, 10% contre le baht thaïlandais, 9% contre la rupiah indonésienne, 17% contre le peso philippin et 12% contre le dollar singapourien « , a expliqué Robin Lee, PDG de HelloGold.

Démocratiser l’accès aux investissements

La fintech cherche à démocratiser l’accès aux investissements et à l’épargne en or en supprimant les obstacles aux investisseurs individuels – offrant aux clients la possibilité d’acheter, de vendre, et d’épargner.

En Irlande, Goldtimer a commencé à travailler sur la mise en place d’une solution conforme à l’éthique musulmane, avec l’intention de la mettre sur le marché au premier trimestre de 2017.

Une solution de lingots d’or

« Depuis plusieurs années, nous travaillons sur une plateforme permettant d’apporter une solution de lingots d’or conforme au droit musulman pour le marché institutionnel », a déclaré Stephen Flood, PDG de Gold Core, qui a des bureaux au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Irlande. «Nous sommes impatients de lancer notre solution globale de placement en or conforme à la Charia et de l’offrir aux institutions financières islamiques admissibles en 2017 ».

Des signes avant-coureurs d’une tempête qui couve

Récemment, Claudio Borio chef économiste de la Banque des règlements internationaux (BRI), déclarait que les turbulences récentes sur les marchés financiers n’étaient pas des coups de tonnerre isolés, mais des signes avant-coureurs d’une tempête qui couve depuis longtemps. Dans ce contexte et si Claudio Borio dit vrai, on peut anticiper une forte appréciation du cours de l’or quand la tempête surviendra.

Diffuser l’information :

Lire notre article sur le Leader des fonds indiciels