Training Takaful ISET Radès

Training Takaful animé par Ezzedine GHLAMALLAH de SAAFI à l’Institut Supérieur d’Etudes Technologique (ISET) de Radès.

Diffuser l’information :

 

Symposium Algérien de l’Assurance et de la Finance Islamiques SAAFI 2018

1er Symposium Algérien de l’Assurance et de la Finance Islamiques sous le Patronage du Haut Conseil Islamique organisé par SAAFI et MED VOYAGES les 24 et 25 novembre 2018 au Palais de la Culture d’Alger.

Allocution d’ouverture par le Cheikh El Mamoune El Kacimi El Hassani du Haut Conseil Islamique.

Comité d’organisation du SAAFI 2018.

Allocution de clôture du SAAFI 2018, avec le Cheikh El Mamoune El Kacimi du HCI, Prof. Boudjelal de l’université de M’sila, Prof. Bouheraoua de l’ISRA, Mme Amri de TAIF, Mme Samba du Ministère de l’Economie solidaire et de la Microfinance du Sénégal, M. Benmouhoub de la Bourse d’Alger, M. Naouri ancien secrétaire du CNA et Directeur Général de CAARAMA et de CASH Assurances, M. Amirou de la Direction de l’éducation de Tizi Ouzou, M. Ait Hadane de la banque Al Baraka, M. Bentaibi de l’ASMECI et M. Tabib.

Diffuser l’information :

Finance islamique : des Sukuk souverains libellés en or en Turquie

La Turquie vient de lever 96 millions de dollars US par le biais de l’émission d’un certificat d’investissement islamique (Sukuk) basé sur l’or.

Sur les huit émissions qui ont été réalisées jusqu’à présent, le produit de cette dernière émission a été le plus élevé à être constaté depuis janvier, et le second depuis que le gouvernement du Président Recep Erdogan a introduit ce nouvel instrument de financement en 2017.

Le gouvernement turc a ainsi collecté grâce à ces certificats 599,7 millions de dollars d’or dont 273,94 millions de dollars cette année. Ces certificats ont été conçus comme des instruments destinés à attirer les investisseurs institutionnels islamiques et à encourager l’épargne des ménages tout en mobilisant la présence du métal précieux dans l’économie turque. Les autorités évaluent la quantité d’or dormant en Turquie à 2 200 tonnes d’or soit une valeur marchande d’environ 300 milliards de livres turques.

Le vice-Premier ministre Mehmet Şimşek a déclaré : « Avec les Sukuk libellés en or émis en échange de l’or à percevoir auprès des investisseurs, un rendement est versé à l’investisseur lequel est indexé sur le prix de l’or« , soulignant que les citoyens bénéficieront de la variation des prix de l’or et recevront le rendement offert par le Trésor. L’or collecté est transformé en lingots d’or, alors que les certificats libellés en or sont transférés sur les comptes bancaires de leurs détenteurs.

Ces instruments permettent aux investisseurs d’obtenir des certificats basés sur le métal précieux et sont les premiers de ce type à avoir été utilisés par un Etat. Jusqu’ici, huit émissions ont été menées, et chaque papier offre un taux de profit semestriel de 1,2% pour une maturité de 728 jours. Une fois les certificats arrivés à échéance, l’or sous-jacent ainsi que les profits sont restitués aux investisseurs sous la forme de lingots d’un kilogramme ou de pièces d’or frappées par la Direction générale de la Monnaie Turque.

Le vice-Premier ministre, Mehmet Simsek, a affirmé que l’introduction de ces nouveaux instruments est sans rapport avec les besoins de financement du gouvernement, mais qu’il s’agit d’une mesure supplémentaire pour cultiver la culture de l’investissement et de l’épargne parmi les citoyens turcs et stimuler ainsi l’économie. Le vice-Premier ministre a également déclaré qu’ »avec la mise en place de ces émissions, notre système financier va continuer à se développer et nos citoyens vont obtenir des revenus supplémentaires à partir de l’or inutilisé qu’ils stockent sous leur matelas, et l’économie prendra de l’ampleur ».

Ces émissions souveraines adossées au métal précieux sont également censées réduire la dépendance du système bancaire turc vis-à-vis de l’étranger dans le but de mobiliser les ressources internes immédiatement disponibles plutôt que d’avoir recours aux marchés internationaux pour se financer.

Ces instruments témoignent de l’audace et de l’engagement de la Turquie à collecter des fonds par le biais de structures conformes à la Charia dans le cadre d’un programme national visant à renforcer la finance islamique en tant que source de financement alternative.

Le gouvernement a tablé d’ici 2023 sur 15% de parts de marché pour les banques islamiques qui n’en détiennent actuellement que 5% environ.

Diffuser l’information :

La société d’assurance mutuelle pour réaliser des opérations Takaful en Europe

En France, le statut de société d’assurance mutuelle prévu par le Code des assurances permet de pratiquer à la fois le Takaful général et famille tout en restant fidèle aux principes de mutualisme et de philanthropie.

Les sociétés d’assurances mutuelles remplissent à la fois les conditions du modèle Takaful coopératif (but non lucratif, solidarité, cotisations variables, rappel et ristournes de cotisations) et qu’elles sont également par essence, conformes à l’esprit du Waqf. Cette spécificité est de nature propice à considérer la possibilité de créer un fonds Takaful dans le cadre juridique français de l’assurance mutuelle, disposant d’un fonds d’établissement constitué sous la forme d’un Waqf. Grâce au passeport européen, la société une fois créée pourrait offrir ses couvertures sur tout le continent européen.

En créant une société d’assurance mutuelle, investissant ses actifs de manière conforme aux règles de la finance islamique, disposant d’un conseil de supervision Charia comme préconisé par les standards AAOIFI et IFSB en vigueur, est obtenu un modèle permettant d’obtenir un consensus quant à sa conformité, et dans lequel les parties prenantes peuvent avoir une plus grande confiance.

L’expression développement « durable », ou « soutenable », a été citée pour la première fois en 1987, la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’Organisation des Nations unies l’a défini dans le rapport Brundtland comme étant : « les formes de développement qui répondent aux besoins du présent sans compromettre les capacités des générations futures à répondre aux leurs ». Ce concept n’est pas sans rappeler celui des finalités la Charia qui cherchent à favoriser tout ce contribue à la préservation de la création.

A ce titre, la société Takaful qui souhaitera parfaire sa mise en œuvre en Europe devra également appliquer ces principes et être à la pointe en matière de RSE. En plus d’être certifiée conforme au droit européen et à la Charia, il lui faudra également veiller à la mise en œuvre des recommandations de la norme ISO 26 000 qui précise l’intégration des normes de responsabilité sociale, de gouvernance et d’éthique au sein des organisations. A titre d’exemple d’institutions financières islamiques ayant intégré dans leur gestion les principes de la RSE, on peut citer le gérant d’actifs saoudien SEDCO Capital qui a intégré les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) dans deux de ses fonds d’actions, et Arabesque Asset Management qui a également intégré les principes de l’ESG qui permettent à ses fonds d’être commercialisés auprès d’investisseurs socialement responsables. Pour être à la pointe en matière de RSE, cette société Takaful de droit européen devra aussi réaliser des investissements qui soient à la fois conformes aux règles de la finance islamique mais aussi à celles de l’investissement socialement responsable (ISR), cela de manière à respecter la lettre du droit musulman mais surtout à en incarner l’esprit. Cela aura pour effet de séduire des personnes attirées par la conformité à l’éthique musulmane mais aussi des personnes à la recherche d’un modèle alternatif plus proche des valeurs de solidarité, de partage et de responsabilité.

Diffuser l’information :

Éthique et assurance Takaful

L’assurance Takaful doit être à la disposition des non-musulmans. Il y a plus de non-musulmans que de musulmans dans le monde et beaucoup d’entre eux pourraient apprécier la nature éthique, transparente et équitable de l’assurance Takaful. L’assurance Takaful ne doit pas être commercialisée de manière exclusive à destination des musulmans mais de manière inclusive à l’attention de tous.

On peut penser qu’à mesure que l’assurance Takaful consolidera ses fondations, de nombreux consommateurs, indépendamment de leur religion vont être attirés par cette nouvelle forme d’assurance basée sur des principes de transparence, d’éthique, de solidarité, de mutualité, de partage des risques, d’absence de spéculation et d’enrichissement au détriment d’autrui.

C’est une des raisons pour lesquelles nous préférons l’appellation d’assurance Takaful – que l’on peut aisément traduire par assurance « solidaire » – à celle d’assurance « islamique ». Afin de permettre au plus grand nombre de se reconnaitre dans les produits et les services offerts, il est important que l’assurance Takaful s’adresse à tous.

En effet, l’appellation « islamique » n’est pas inclusive et offre de nombreux inconvénients : une personne non musulmane pourrait avoir tendance à croire que ce type d’assurance n’est réservé qu’aux seuls musulmans alors qu’une personne musulmane aura l’impression que la religion est utilisée à des fins mercantiles. Les musulmans considèrent la religion comme sacrée, immuable et parfaite. Beaucoup pensent que la finance islamique en tant que construction humaine imparfaite ne mérite pas ce qualificatif d’autant plus que de nombreuses pratiques que l’on constate dans l’industrie ne sont pas nécessairement éthiques (Sukuk basés dans des paradis fiscaux, manque de transparence, financement d’industries polluantes et néfastes pour l’environnement, conflits d’intérêts, déficit de conformité, rémunérations excessives, etc.). Dans les deux cas cette appellation a pour conséquence de réduire le potentiel de développement en éloignant les non-musulmans et en éveillant la méfiance des musulmans.

Plus récemment, en France la ville de Nice a interdit à un courtier d’apposer sur son enseigne la mention « finance islamique » par crainte de trouble à l’ordre public, cette appellation peut également avoir pour conséquence d’entretenir les amalgames, ce dont l’assurance Takaful n’a aucunement besoin pour poursuivre son développement.

Nous ne disons pas qu’il faille revenir sur les fondements de la finance islamique et de l’assurance Takaful – partage des risques et adossement à l’économie réelle, prohibition de l’intérêt Ribâ, des transactions aléatoires Gharar, de la spéculation Maysir et financement d’activités nocives à la vie Haram – mais qu’il est nécessaire de développer un modèle qui en plus d’être respectueux de la jurisprudence musulmane et du droit local soit éthique.

Le terme « éthique » provient du grec « ethos » qui a pour sens « règle de vie », au même titre que la « morale ». L’éthique est différente de la règle de droit, elle est basée sur la bonne volonté, n’est pas soumise à sanction en cas de non application, et n’a pas de caractère obligatoire. C’est la raison pour laquelle ce modèle doit s’imposer d’aller au-delà des contraintes légales, en refusant par exemple tout investissement dans des activités néfastes à la vie humaine, animale et environnementale. De cette manière, une alternative à la finance « moderne » basée sur l’intérêt et la spéculation pourra voir le jour : une finance « traditionnelle », revivifiée et respectueuse des trois monothéismes et des enseignements aristotéliciens dans laquelle de nombreux individus à la recherche d’une forme de finance plus respectueuse de la création pourront enfin se reconnaitre.

Diffuser l’information :

Impulsion politique pour le développement de la finance islamique en Algérie

Bien que de multiples annonces prévoyaient que trois banques publiques algériennes allaient offrir des solutions conformes à la finance islamique avant fin 2017, seule la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (CNEP) a lancé en novembre 2017 un produit de financement immobilier islamique.

Malgré ce contretemps, l’Algérie Presse Service (APS) rapporte que l’actuel ministre des Finances, Abderrahmane Raouia, a récemment affirmé que d’autres produits participatifs proposés par la Banque de développement local (BDL) et la Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR) seront lancés au cours du premier semestre 2018. Rappelons qu’à l’instar de la CNEP, la BDL propose déjà depuis 2016 un compte d’épargne sans intérêt.

Le ministre a par ailleurs indiqué que les autres banques publiques devaient lancer leurs produits participatifs au cours du second semestre. L’APS indiquait également en février 2018 qu’une instance de contrôle, dont la Banque d’Algérie et le Haut Conseil Islamique seraient parties prenantes, allait être mise sur pieds pour accompagner les opérateurs et le développement du marché.

Mieux financiariser l’économie algérienne

Du côté de la Bourse d’Alger, le travail d’implantation de la finance islamique et de ses instruments suit son cours : la place développe actuellement des structures et des montages permettant l’émission de Sukuk (certificats islamiques) dans le but d’être pleinement opérationnelle une fois le cadre légal défini. Rappelons que d’après ICD & Thomson Reuters, le marché mondial des 2438 Sukuk en circulation valait 345 milliards de dollars en 2016 et doit dépasser à horizon 2022 la barre des 600 milliards de dollars.

L’ensemble de ces mesures doit permettre à l’Algérie de mieux financiariser son économie affaiblie par des exportations insuffisantes et le poids du marché informel. L’utilisation des Sukuk et la création d’une offre grand public remplissent le même objectif de financement de l’économie algérienne, leurs contributions à l’atteinte de cet objectif ne s’effectuent cependant pas de la même manière mais restent néanmoins complémentaires.

Non seulement l’utilisation des Sukuk va permettre à l’Algérie de diversifier ses sources de financement externes en lui donnant accès aux investisseurs institutionnels islamiques, mais elle va aussi contribuer au financement de ses entreprises nationales qui pourront, une fois que le marché sera mature, trouver en ces titres hybrides participatifs une solution de financement à leurs problématiques de trésorerie sans pour autant passer par une introduction en bourse ou avoir recours à des émissions obligataires.

Soutenir le marché de l’immobilier et de la construction

Quant à l’offre de produits bancaires grand public, elle aura pour premier effet de soutenir le marché de l’immobilier et de la construction grâce à l’octroi de nouveaux crédits. Grâce à la mise sur le marché d’une offre grand public de comptes d’épargne sans intérêts et/ou participatifs, les banques arriveront à drainer de nouvelles ressources dormantes thésaurisées hors circuit bancaire ou en circulation sur le marché informel.

Le 12 mars 2018, le Fonds monétaire international (FMI) indiquait dans un communiqué que l’Algérie avait intérêt à consolider sa situation budgétaire sans avoir pour autant recours au financement monétaire de la banque centrale. Dans cette optique, le FMI préconisait de recourir à un large éventail d’instruments de financement, notamment l’émission de titres de dette publique et idéalement d’emprunts extérieurs pour financer des projets d’investissements bien choisis.

Il y a donc fort à parier que l’Algérie émette un Sukuk souverain dans un avenir proche et que le développement de la finance islamique s’accélère.

Diffuser l’information :

Pour compléter cet article, rendez-vous sur la page l’Algérie dans les Starting Blocks

Autres articles susceptibles de vous intéresser :

– La finance islamique et le takaful pour contribuer au développement de l’Algérie
La finance islamique intègre l’or comme actif négociable

 

Golden Belt Sukuk : BNP Paribas perd son procès face à deux fonds spéculatifs new-yorkais

La Haute Cour de justice du Royaume-Uni a estimé, jeudi 8 décembre, que BNP Paribas avait fait preuve de négligence en concluant une transaction sukuk – Golden Belt Sukuk – de 650 millions de dollars (550 millions d’euros) rendue invalide et inapplicable en vertu de la loi saoudienne. Un verdict qui donne à deux fond spéculatifs (hedge funds) new-yorkais le droit de recouvrer les dommages causés, selon Islamic Finance News.

Le papier islamique d’une maturité de cinq ans, émis en 2007 pour Saad Trading Contracting & Financial Services Company, a fait défaut deux ans plus tard lorsque le gouvernement saoudien a gelé les actifs de Saad Group détenu par son fondateur, le milliardaire Maan Al-Sanea, embourbé dans des allégations de fraude. Bien qu’il cherchait à échapper à la justice et à devoir de grosses sommes d’argent à ses créanciers, Maan Al-Sanea a été arrêté en octobre 2017 juste avant que le prince héritier Mohammad Ben Salmane mène une purge anti-corruption à l’échelle du royaume saoudien.

La banque française a été traduite en justice par l’administrateur de Golden Belt Sukuk ainsi que par Fortress Investment Group et Cyrus Partners, des hedge funds américains qui ont acheté les sukuk à des prix fortement réduits entre 2009 et 2011 suite au gel des comptes de Saad Group, lorsque des allégations de fraude et de falsification contre Maan Al-Sanea ont fait surface.

Fortress et Cyrus Partners ne pouvaient pas faire valoir le billet à ordre devant les tribunaux saoudiens, car il n’avait pas été signé d’une manière jugée conforme à la loi saoudienne : le document ne portait pas une signature manuscrite de Maan Al-Sanea, qui donnait également sa garantie personnelle au Golden Belt Sukuk, un contrat sursouscrit par des investisseurs en Europe, au Moyen-Orient et en Asie.

Les plaignants ont fait valoir que BNP Paribas avait « laissé tomber » l’exécution du billet à ordre, faute de s’assurer qu’il était dûment signée au nom de Saad Group, surtout à la lumière des accusations de blanchiment d’argent portées contre son fondateur. La justice a convenu et a décidé que la banque avait manqué à l’une de ses obligations contractuelles.

Un nouveau procès en vue pour évaluer le préjudice subi

« Les porteurs de titres ont le droit de recouvrer au titre de préjudice la différence entre le recouvrement, le cas échéant, qu’ils auraient effectué si le billet à ordre avait été valide et le recouvrement, le cas échéant, auquel ils seraient parvenus en fait », a souligné le juge Stephen Males.
L’évaluation du préjudice subi par les porteurs sera traitée lors d’un nouveau procès. Cette décision favorable pourrait soulager les acteurs du marché qui surveillent de près les suites légales des cas de défaut de sukuk, qui ont ébranlé la confiance des investisseurs dans les instruments islamiques, notamment après que le cas du producteur d’énergie de Sharjah Dana Gas ait conduit à l’invalidation d’un sukuk de 700 millions de dollars sur la base de sa non-conformité islamique.

Diffuser l’information :

Finance islamique : l’Algérie dans les starting blocks

La finance islamique au secours du déficit algérien

En dépit de l’introduction de la banque Al Baraka d’Algérie au début des années 1990 et en l’absence d’un cadre juridique et règlementaire, la finance islamique est restée relativement peu développée en Algérie, la guerre civile n’ayant également pas facilité son développement. Seules certaines banques privées disposant de capitaux étrangers, telles que les banques Al Baraka d’Algérie, Algeria Gulf Bank, Al Salam Bank Algeria et Trust Bank Algeria proposent actuellement des produits financiers islamiques.

Dans le but de combler son déficit budgétaire causé par la baisse du prix du baril et la faiblesse des exportations, le gouvernement algérien souhaite dans les prochains mois faire évoluer rapidement ce secteur. Dans un premier temps, et d’ici la fin de l’année, une offre financière conforme à la jurisprudence musulmane sera offerte par deux banques publiques (dont les noms n’ont pas encore été dévoilés), puis par quatre autres en 2018. Le gouvernement algérien prévoit également d’avoir recours à plusieurs émissions souveraines de Sukuk entre 2018 et 2022 dont la première devrait avoir lieu l’année prochaine.

Se financer sur les marchés financiers islamiques et capter les ressources des marchés informels

A ce jour, l’Algérie dispose encore de réserves de changes pour un montant de 103 milliards de dollars et des réserves en or estimées par le chef du gouvernement à 6 milliards de dollars. Mais avec un déficit budgétaire de 12,9 % du PIB en 2016 d’après le Fonds Monétaire International, c’est 18 milliards de dollars qu’il faudrait encore aller chercher sur les marchés financiers, ou dans l’économie informelle qui d’après le gouverneur de la Banque d’Algérie représenterait 20 milliards de dollars en circulation.

L’offre financière islamique proposée par les banques publiques doit permettre de mobiliser les ressources se trouvant en dehors du circuit bancaire alors que les émissions souveraines de Sukuk doivent permettre à l’Algérie de financer son déficit sur les marchés financiers islamiques.

L’adoption d’une politique non conventionnelle par la Banque d’Algérie

En parallèle, la Banque d’Algérie souhaite avoir recours aux techniques de financement non conventionnelles (politique de taux bas et assouplissements quantitatifs) mises en place après la crise de 2008 par la Banque Centrale Européenne et la Réserve Fédérale Américaine. L’injection massive de liquidités créées ex-nihilo permettra certes de payer les salaires des fonctionnaires algériens mais aura pour conséquence immédiate de renforcer l’inflation. Avec la dépréciation du dinar algérien, ce palliatif aura pour effet secondaire d’alourdir la facture des importations qui contribuera à la détérioration de la balance commerciale et donc in fine à l’aggravation du déficit, engendrant un cercle vicieux ne permettant pas de s’en extraire.

Le développement de la finance islamique s’annonce donc de bon augure pour les finances publiques algériennes.

Diffuser l’information :

La qualification juridique des contributions Takaful

Les jurisconsultes reconnaissent à l’unanimité que le Tabarru est un concept noble de la jurisprudence musulmane.

Sa pratique dans l’industrie Takaful soulève cependant une question cruciale car les contributions versées par les participants ne sont pas un don au sens pur, mais plutôt un don conditionnel : chaque participant donne un montant dans l’attente de recevoir en retour un avantage financier futur. En outre, le montant de la donation est ajusté en fonction de la nature du risque à couvrir : plus l’exposition au risque est élevée, plus la contribution est importante. Cela est problématique du point de vue de la Charia car le montant donné en tant que Tabarru est censé être volontaire et non obligatoire.

Les termes de Tabarru, et de Hibah sont en principe interchangeables et partagent un sens commun de « donation ». Lorsqu’une personne réalise un acte de Tabarru ou de Hibah, elle le fait de manière totalement désintéressée, sans rechercher quoi que ce soit en retour en faveur de quelqu’un ou pour son propre accomplissement spirituel. Cela a pour conséquence légale qu’une fois que le donateur a effectué son don, la propriété est immédiatement transférée à perpétuité au donataire.

Alors que dans un fonds Takaful, le participant règle une contribution pour laquelle l’opérateur et le participant conviennent mutuellement qu’elle sera destinée à couvrir le risque garanti. En cas de réalisation du risque, le fonds Takaful versera une indemnité destinée à couvrir le préjudice, et en cas de non réalisation du risque le participant aura le droit, en fonction du résultat technique, à la redistribution d’une part de l’excédent. La contribution versée dans un fonds Takaful ne peut pas être considérée comme Tabarru ou Hibah, puisque le participant attend une garantie en retour.

Étant donné que dans un contrat Takaful, le participant verse essentiellement une contribution dans le but des avantages matériels qu’elle procure et non pas en considération d’avantages spirituels, le Prof. Dr. Md. MA’SUM BILLAH estime que la contribution versée par le participant doit plutôt être considérée comme contribution Musahamah plutôt que comme donation Tabarru.

Avec le don Tabarru, la propriété est transférée en considération d’un avantage spirituel pour le donateur alors qu’avec la contribution Musahamah, le contributeur conserve les avantages matériels et légaux de sa contribution.

La Musahamah est dans un contrat d’assurance une contrepartie monétaire, versée par le participant en vertu de l’obligation contractuelle qui le contraint à verser une contribution en l’échange de la couverture du risque assuré.

La Musahamah n’implique pas nécessairement l’idée de donation, elle ne doit pas forcément être en faveur d’autrui, et peut être réalisée au profit du contributeur lui-même. Dans une Musahamah, le contributeur ne perd pas son droit de bénéficier de sa contribution.

Au travers de cette qualification juridique de la contribution en Musahamah, il n’y a plus d’incompatibilité juridique avec la Charia qui ne s’oppose pas à ce que le contributeur puisse en tirer avantage. Grâce à cette qualification juridique, les participants n’ont plus aucune restriction dans la revendication de toute forme d’avantage mutuel sur le fonds auquel ils auront contribué.

Diffuser l’information :

KT Bank, première banque islamique d’Europe continentale, poursuit sa croissance

La première banque islamique d’Europe continentale est allemande et elle s’appelle KT Bank AG. Domiciliée à Francfort, elle poursuit sa croissance.

La filiale de la banque turque Turkish Kuveyt Türk Participation Bank dont les actionnaires incluent Kuwait Finance House, l’une des plus importantes banques islamiques du monde, dispose d’une assise financière solide. Kuveyt Türk est présente en Allemagne depuis 2004. En 2010, KT Bank AG a obtenu de l’Autorité fédérale de surveillance des finances (BaFin), une licence de courtage. En mars 2015, après avoir présenté une demande d’agrément en 2012, la BaFin lui a accordé une licence bancaire complète pour la fourniture d’activités de dépôts et de crédits.

Une phase d’établissement terminée

KT Bank AG, première banque islamique d’Allemagne et de la zone euro, dispose de succursales à Francfort, Berlin, Cologne et Mannheim. La banque, qui vient d’achever sa phase de décollage et d’établissement sur le marché allemand, a considérablement amélioré ses résultats d’exploitation.

Avec un portefeuille diversifié, composé de produits et services financiers innovants offerts aux particuliers et aux entreprises, les actifs de la banque ont doublé entre fin de 2015 et fin 2016. L’offre de KT Bank AG comprend également des produits et services bancaires islamiques pour les clients institutionnels.

Des perspectives de croissance de 80 % des actifs en 2017

Ufuk Uyan, président du conseil de surveillance de KT Bank AG mais aussi directeur général et membre du Conseil d’administration de la banque mère Kuveyt Türk Participation Bank à Istanbul, a annoncé des perspectives exceptionnelles : « En 2017, KT Bank AG prévoit une augmentation de 80 % de ses actifs. Nous disposons d’une base solide, la maison mère Kuveyt Türk est la plus grande banque islamique de Turquie et nous sommes soutenus par Kuwait Finance House, l’une des principales institutions financières islamiques du monde. Pourtant, nous n’aurions pas pu déployer ces efforts sans l’aide des autorités de régulation allemandes qui ont été très coopératives lors de la mise en œuvre de ce nouveau modèle d’entreprise ».

« Les principaux acteurs politiques et économiques de la zone euro ont compris que les banques islamiques peuvent contribuer à un marché financier stable et éthique dans les économies occidentales », a-t-il ajouté.

Le président actuel Kemal Ozan, banquier islamique de la première heure, qui a piloté le projet de fondation de la KT Bank AG passera le relai fin avril à Ahmet Kudsi Arslan. Ce dernier, qui a évolué pendant deux décennies au sein de la maison mère Kuveyt Türk Participation Bank, a récemment déclaré : « KT Bank AG est aujourd’hui dans un contexte très favorable, avec ses 70 employés, ses quatre agences et un afflux régulier de nouveaux clients, la banque va poursuivre son développement. Nous continuerons de croître grâce au soutien apporté par nos clients à la recherche d’éthique et d’investissements socialement responsable et à celui de notre société mère. »

Partager cet article :